Christ, Roi de l’univers – Année A

Il siégera sur son trône de gloire et séparera les hommes les uns des autres 

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (Mt 25, 31-46)

En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples :
    « Quand le Fils de l’homme viendra dans sa gloire,
et tous les anges avec lui,
alors il siégera sur son trône de gloire.
    Toutes les nations seront rassemblées devant lui ;
il séparera les hommes les uns des autres,
comme le berger sépare les brebis des boucs :
    il placera les brebis à sa droite, et les boucs à gauche.

    Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite :
‘Venez, les bénis de mon Père,
recevez en héritage le Royaume
préparé pour vous depuis la fondation du monde.
    Car j’avais faim, et vous m’avez donné à manger ;
j’avais soif, et vous m’avez donné à boire ;
j’étais un étranger, et vous m’avez accueilli ;
    j’étais nu, et vous m’avez habillé ;
j’étais malade, et vous m’avez visité ;
j’étais en prison, et vous êtes venus jusqu’à moi !’
    Alors les justes lui répondront :
‘Seigneur, quand est-ce que nous t’avons vu…?
tu avais donc faim, et nous t’avons nourri ?
tu avais soif, et nous t’avons donné à boire ?
    tu étais un étranger, et nous t’avons accueilli ?
tu étais nu, et nous t’avons habillé ?
    tu étais malade ou en prison…
Quand sommes-nous venus jusqu’à toi ?’
    Et le Roi leur répondra :
‘Amen, je vous le dis :
chaque fois que vous l’avez fait
à l’un de ces plus petits de mes frères,
c’est à moi que vous l’avez fait.’  

    Alors il dira à ceux qui seront à sa gauche :
‘Allez-vous-en loin de moi, vous les maudits,
dans le feu éternel préparé pour le diable et ses anges.
    Car j’avais faim, et vous ne m’avez pas donné à manger ;
j’avais soif, et vous ne m’avez pas donné à boire ;
    j’étais un étranger, et vous ne m’avez pas accueilli ;
j’étais nu, et vous ne m’avez pas habillé ;
j’étais malade et en prison, et vous ne m’avez pas visité.’
    Alors ils répondront, eux aussi :
‘Seigneur, quand t’avons-nous vu
avoir faim, avoir soif, être nu, étranger, malade ou en prison,
sans nous mettre à ton service ?’
    Il leur répondra :
‘Amen, je vous le dis :
chaque fois que vous ne l’avez pas fait
à l’un de ces plus petits,
c’est à moi que vous ne l’avez pas fait.’

    Et ils s’en iront, ceux-ci au châtiment éternel,
et les justes, à la vie éternelle. »

Le commentaire du Père Damien

Chers frères et sœurs,
Notre année liturgique se termine avec la solennité du Christ Roi de l’Univers.
Oui, nous confessons que Jésus est le Roi des rois.
C’est lui notre maître.
Et nous sommes à son école.
Le passage du jour de l’Évangile selon saint Matthieu traite du jugement dernier.
Un jour, nous allons tous nous retrouver en tête à tête avec le Christ.
Et là, il nous demandera simplement comment nous l’avons servi dans notre vie d’homme et de femme.
Pour le servir, il faut bien le reconnaître.
Comment ?
Peut-être en commençant par regarder la Croix sur l’illustration.
Jésus a accepté d’être considéré comme le dernier des derniers qui ne méritait même pas de vivre.
C’était pour nous donner une image de lui.
À chaque fois que nous croisons un homme méprisé, qui ne mérite plus rien, c’est le Christ qui passe aussi devant nos yeux.
Comment alors allons-nous réagir ?
Cette situation, pour chacun d’entre nous, elle se répétera de très nombreuses fois.
À certains moments, nous détournerons la tête.
À d’autres, nous reconnaîtrons notre Seigneur et nous nous mettrons à son aide.
La Vie Éternelle, c’est voir Dieu constamment, lui qui est Amour.
Pour nous y préparer, multiplions les gestes de charité au nom de notre quête de Jésus.
C’est cela être un chrétien.
C’est comme cela qu’on devient serviteur du Christ, Roi de l’Univers.
Amen.

Pour aller plus loin

Le commentaire de Marie Noëlle Thabut

——
Compléments
– Il faut quand même une belle audace pour célébrer la fête du Christ-Roi ! Confinement oblige, nous serons peut-être privés des cérémonies du couronnement… Mais combien de baptisés le regretteront-ils vraiment ?
– Tous ces derniers dimanches, les évangiles nous proposaient ce que j’appellerais des variations sur la vigilance, sur le mot « veiller » ; ici, une nouvelle variation nous est proposée : « veiller » cela peut vouloir dire « veiller sur ».
LA POINTE DE LA PARABOLE
A y regarder de plus près, en définitive, on l’a vu, ce passage de l’évangile de Matthieu ne nous offre pas une parabole sur le jugement.
– Au passage, nous avons là une définition intéressante de la justice, aux yeux de Dieu : quand nous parlons de justice, nous avons toujours envie de dessiner une balance ; or ce n’est pas du tout dans ces termes-là que Jésus en parle ! Pour lui, être juste, c’est-à-dire être accordé au projet de Dieu, c’est donner à pleines mains à qui est dans le besoin. D’autre part, il n’y a même pas besoin d’en être conscient : « Quand est-ce que nous t’avons vu ? Quand sommes-nous venus jusqu’à toi ? »… Nous qui nous demandons parfois si le salut est réservé à une élite, nous avons ici une réponse : visiblement, Jésus ne se préoccupe ici ni des titres ni de la religion de chacun : « Quand les nations seront rassemblées devant lui, il séparera les hommes les uns des autres… » Ce qui veut dire que des non-Chrétiens auront le Royaume en héritage et peuvent être appelés « les bénis de son Père » ! C’est parmi des hommes de toutes races, de toutes cultures, de toutes religions qu’il se vit déjà au jour le jour quelque chose du Royaume. Nous savons bien que nous n’avons pas le monopole de l’amour, mais il n’est pas mauvais de nous l’entendre dire !

Envie de Parole 

une fiche à partager

Eclairage

La fête du Christ Roi

Pour les plus jeunes

Théobule propose des vidéos, des jeux, des coloriages…

A lire aussi :

Autres textes
Partage de nos agendas
Partage des infos officielles
Partage de la vie du monde