30ème Dimanche – Année A

Tu aimeras le Seigneur ton Dieu, et ton prochain comme toi-même

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (Mt 22, 34-40)

En ce temps-là, les pharisiens, apprenant que Jésus avait fermé la bouche aux sadducéens, se réunirent,     et l’un d’entre eux, un docteur de la Loi, posa une question à Jésus pour le mettre à l’épreuve :
« Maître, dans la Loi, quel est le grand commandement ? »
Jésus lui répondit :
« Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit. Voilà le grand, le premier commandement.
Et le second lui est semblable :
Tu aimeras ton prochain comme toi-même.
De ces deux commandements dépend toute la Loi, ainsi que les Prophètes. »

Le commentaire du Père Damien

Chers frères et sœurs,
Le passage de l’Évangile du jour illustre l’influence extraordinaire de l’Incarnation de notre Seigneur dans la vie des hommes.
Quelle est la question du docteur de la Loi ?
Il demande quel est le grand commandement à suivre pour plaire à Dieu dans sa vie.
Cet homme connaît parfaitement l’Ancien Testament.
Il sait que l’Alliance avec Dieu passe par le respect de certaines règles.
Il a raison. Cela n’a pas changé.
Le premier et grand commandement est le même hier et aujourd’hui.
Il s’agit encore et toujours d’aimer le Seigneur Dieu de tout son cœur, de toute son âme et de tout son esprit.
Le Christ ne change rien.
Il rajoute, et c’est très différent.
La question portait sur le plus grand commandement.
La réponse de notre maître en cite deux.
L’amour de Dieu surpasse toujours tout.
Mais avec le Christ, l’amour de Dieu doit s’incarner dans l’amour à donner à son frère.
Dieu a un visage, c’est Jésus.
L’amour a un visage, c’est Jésus.
Le frère a un visage, c’est Jésus.
Voilà le cadeau de l’Incarnation.
Avant la venue du Seigneur chez nous, l’homme ne connaissait que Dieu Père.
Maintenant, il peut vivre avec le Père, mais aussi avec le Fils et le Saint-Esprit.
Et nous pouvons même copier la façon de vivre de Dieu dans notre monde.
Nous avons un modèle à suivre.
Notre recherche de perfection, de sainteté, trouve une issue.
Il s’agit d’aimer Dieu et son prochain comme soi-même.
C’est ce que Jésus n’a jamais cessé de faire.
À nous de suivre le bon chemin. Aimons.
À demain.

Pour aller plus loin

Le commentaire de Marie Noëlle Thabut

Aimer Dieu

Si tu écoutais le murmure de ton frère,
oui, celui-là justement qui vit sur ton palier,
dans ton immeuble, ta ville ou ton village,
peut-être l’entendrais-tu dire :
Dis, est-ce que tu m’aimes?

Si tu entendais l’appel de ton frère,
non, ne fais pas le sourd,
sa détresse tu la connais, son regard tu l’as croisé,
tu sais très bien, tu as compris :
Dis, est-ce que tu m’aimes?

Si tu accueillais le cri de ton frère,
ce cri qui perce l’épaisseur de tes occupations,
il est blessé, emprisonné, humilié,
son cri cogne si fort à ta porte :
Dis, est-ce que tu m’aimes?

Si tu dis oui, si vraiment tu l’aimes,
S’il est quelqu’un pour toi,
Prends le risque de passer aux actes.
S’il est bâillonné, redonne-lui la parole.
S’il a des fers aux pieds, libère-le.
S’il a faim, donne-lui du pain et plus que du pain.
S’il est à genoux, relève-le.

Alors seulement, tu pourras dire:
Seigneur, tu sais très bien que je t’aime!

Texte d’un anonyme trouvé sur le site http://www.idees-cate.com/

A lire aussi :

Partage des semaines précédentes
Priez chez soi

Partage de la vie du monde
Partage des infos officielles

Partage de nos agenda