Notre ville vue par une habitante

Coucou
En ce moment, on n’a pas grand chose à dire, vu ce confinement.
Donc je vous propose de la lecture et des photos

Ce matin, ballade.
Attestation, mais je ne savais pas quelle case cocher

  • achat première nécessité, du pain
  • peser et poster une lettre, ets public
  • ballade autour du domicile.

J’ai choisi la première.

C’est incroyable ce qu’on peut faire à pied en une heure.
J’ai pris quelques photos pour vous partager le fruit de mes découvertes.

Un p’tit tour à Grande-Synthe.
Avec ce confinement, on se ballade un peu plus dans notre ville.
Ce matin, j’ai pris du temps pour la découvrir, en partie bien sûr.

J’ai rencontré des gens,
Masqués ou non
Un bonjour ou pas
Des gens , énervés d’attendre
Des gens inquiets
Des gens dans leur monde
Des gens qui cherchent à parler
Des gens quoi…

Beaucoup de voitures quand même…
Au presbytère, j’ai pas vu Gérard.
Un monument aux morts, on commémore nos disparus aux guerres.
Encore des travaux en perspective, vu le nombre de traces de couleurs.
Ça fait joli !

Des écoles, pas d’enfants dans la cour.

Des arbres, des fleurs, un palmier, ça réchauffe, on se croirait dans le sud.
Un saule – pleureur.
Pourquoi pleure-t-il ?

Un nom de rue : 
9 novembre 1989 ?
Chute du mur de Berlin

Et des déchets, des masques, des paquets de cigarettes, des capsules nocives pour la santé, des cannettes.
Merci pour Dame Nature.

Un mouchoir :
J’ai perdu mon mouchoir, sur le bord du trottoir, j’ai voulu le ramasser, il s’est envolé….

Retour en enfance.

A Grande Synthe, on a des assos, on peut faire du sport, sortir , se divertir…
De belles oeuvres pour égayer notre vie.

  • St jacques nous attend pour nos rassemblements
  • une auto école qui attend pour prendre la route
  • un camping car qui attend pour découvrir d’autres horizons
  • un sens interdit pour aller à l’aumônerie qui nous attend aussi

Je suis revenue par mon quartier , le Courghain.
La polyclinique, toujours en travaux.
Un pensée aux personnels soignants qui se dévouent auprès de ceux qui souffrent.

Vous verrez beaucoup d’arbres sur les photos.
L’arbre de vie, de part ses racines qui nous font grandir.
Cette ballade m’a fait comprendre que bien vivre est important.
Vivre heureux, même confinés et surtout en bonne santé.
Malheureusement, certains n’ont pas cette chance et se battent pour vivre.

Merci de m’avoir lu.
     Sylvie

(Cliquez sur une photo pour l’agrandir, puis utiliser les flèches pour passer aux suivantes)

A lire aussi :

l’aumônerie de Grande-Synthe pendant le confinement
L’aumônerie
Les activités en aumônerie