Témoignage de Léna et Marion

Léna et Marion se préparent à recevoir le sacrement du baptême. Durant le confinement la préparation continue. Elles témoignent :

-Je m’appelle Léna, j’ai 20 ans.  J’habite à Gravelines. Je suis actuellement étudiante en licence pro dans le commerce international sur Lille. 

-Je demande à recevoir le sacrement du baptême suite à de nombreux signes que j’ai reçu de Dieu, certains événements de ma vie qui me guident vers ce sacrement de Dieu.
-Je vis plutôt bien ce début de préparation, notamment grâce à l’aide de Sébastien, qui nous envoie régulièrement des travaux de préparation. 
-Bien sûr, ce confinement complexifie la préparation mais ne l’empêche en rien. Je poursuis la lecture des documents de Sébastien et je prie chaque jour.
 
1) Pouvez-vous vous présenter ? 
Marion, 28 ans, Je vis sur la commune de Saint-Folquin et travaille sur Cappelle La Grande et Coudekerque Branche en tant que vétérinaire. Je suis originaire de Picardie, dans l’Oise et je me suis installée dans le Nord pour suivre mon conjoint, Emilien, qui est chimiste chez à la centrale nucléaire de Gravelines. 

 
2) Pourquoi demandez-vous à recevoir le sacrement du baptême ?
Je suis originaire d’une famille ou ma maman est croyante non pratiquante, mon papa athée. A ma naissance, ils ont pris la décision de me laisser le choix concernant le baptême et la foi….. J’ai pu devenir la marraine d’une petite fille en 2006, à l’âge de 14 ans et les quelques réunions que j’ai pu faire avec les parents m’ont vraiment intéressées … Adolescence aidant, je n’ai pas commencé le cheminement. Au fur et à mesure des années, je n’ai pu m’empêcher de penser que je me sentais beaucoup plus proches des personnes ayant la foi par rapport aux autres types de personnes que l’on peut rencontrer dans la société. A la faculté, j’ai discuté de nombreuses fois avec mon binôme, venant d’une famille croyante et pratiquante qui m’a vraiment encouragé à faire ce cheminement si je le sentais. Au décès de mon Grand-Père, lors de la messe, je me suis sentie bien, entourée d’une ferveur que je n’avais jamais ressentie dans une Eglise. Emilien m’ayant demandé en Mariage quelques jours auparavant, il était pour moi logique de poursuivre avec le cheminement pour le Baptême. De plus, il était pour moi inconcevable de me marier à l’Eglise sans passer par ce cheminement même si cela était autorisé. 
3) Comment vivez-vous votre (début de) préparation ?
Ce début de préparation se passe très bien pour moi. Le groupe est dynamique bien qu’encore un peu timide et Sébastien nous accompagne de la meilleure façon qui soit. L’analyse des textes est très pédagogique et elle me permet de commencer mon éducation religieuse (n’en ayant jamais reçu aucune, je me suis sentie parfois un peu « loin » par rapport à mes partenaires de cheminement. Cependant je ne m’en fais pas, l’accompagnement étant de qualité. 

4) Quel impact le confinement a sur votre cheminement ? 

Pour le moment nous avons du annuler les rencontres. Au tout départ j’avais peur du retard accumulé et de la façon dont le rattraper. Depuis Dimanche, Sébastien nous envoie les textes sur lesquels nous pouvons travailler à domicile ce qui est parfait car chacun peut faire à son rythme et selon ses disponibilités.
 

A lire aussi :

Déconfinement : la demande de l’Église catholique en France

Les Colibris ciblent le Coronavirus

Pour méditer la Parole de Dieu