Se rendre proche des Jeunes

Au cours d’une rencontre « Venez comme vous êtes » et à la formation « Vivre en chrétiens », nous nous sommes questionnés sur « les Jeunes » et nous sommes allés vers eux pour les questionner.  Qui ils sont pour chacun de nous ? Ce que nous avons de commun avec eux, ce qu’on peut bâtir ensemble… Je vous livre ici l’essentiel de nos réflexions.

Quand on dit « jeune » on pense en général à un état d’esprit, jeune dans la tête, dans le corps… Etre jeune, c’est avoir quel âge ? Et vous, lecteur, qui considérez-vous comme étant jeune ?

Aujourd’hui « les Jeunes » peuvent être des enfants, des pré-adolescents, des adolescents, des adulescents (eh oui, les 14/30ans), des jeunes parents… On parle aussi des jeunes retraités !

Et du côté des enfants, on est vieux très vite ! Deux exemples : des enfants de 3-4 ans ont demandé à une jeune fille de 18 ans quand elle allait mourir… Un autre enfant a demandé à une personne d’un certain âge si elle avait connu Louis XIV ! C’est que ce n’est pas facile de se situer pour un Jeune.

Un ado a eu cette réflexion : «  Je me pose aujourd’hui des questions que je ne me posais pas avant ». Ça doit être ça grandir…

 

Qui sont-ils pour nous ?

Des êtres en devenir, une nouvelle génération, une ouverture, une aide pour les plus âgés (nouvelles technologies)… mais aussi des cibles pour les médias, pour les dealers, pour en faire des consommateurs (par exemple, on invente des marques d’alcool pour eux) etc.

 

Ce qui les rend les Jeunes heureux ?

A cette question, plusieurs ont répondu : les rencontres en famille, entre amis (mariages, fêtes…), les organiser ; aimer les autres, découvrir d’autres cultures. Et aussi : faire ce que l’on aime (voyage, sport, musique), rendre service pour rendre les autres heureux, vivre l’instant présent, vivre avec le respect, partager…

 

Avons-nous des choses en commun pour bâtir ensemble ?

Oui, beaucoup ! Le désir de bonheur, la joie de vivre, le désir de changement, la soif d’être aimé, l’esprit de famille, les rêves… et aussi les mêmes difficultés : -« Ils sont dans la même m.…, encore plus que nous », ils connaissent aussi les rivalités au boulot, le chômage, le gaspillage…

Nous pouvons nous poser cette double question : – « Quelle terre nous allons laisser à nos enfants ? Et quels enfants on va laisser à cette terre ? » !

 

Aller vers eux ?Les-jeunes-1

Il n’est pas toujours facile d’aborder leurs questionnements qui sont aussi les nôtres, comme le mariage à l’Eglise, la décision de demander ou non le baptême, la laïcisation de la société, la mort d’un proche, les différences entre les religions, le pourquoi des guerres…

Oser aller vers ces Jeunes : se rendre disponible, écouter, partager, leur faire confiance pour qu’il y ait une transmission des savoirs faire et des savoirs être (dans les deux sens !); résister à une société qui voudrait mettre les jeunes contre les vieux (de même que les travailleurs contre les chômeurs, contre les retraités…).

 

Quand et pour quoi faire?

Saisir les occasions qui existent : les tournois de foot (par ex.), les Rencontres Nationales des Mouvements (voir ci-après), pendant leurs temps forts de catéchèse et d’aumônerie. Trouver des lieux pour se rencontrer.

La relation privilégiée grands-parents/petits-enfants est importante pour apprendre à faire ensemble (par exemple le nettoyage des espaces verts et des plages se fait souvent en famille). On voit des enfants aider leur parents, faire des courses pour les anciens…

Préparer des actions ponctuelles, leur donner des missions concrètes.

En fin d’année 2018, les évêques se sont réunis à Rome autour du pape François pour le « Synode des Jeunes ». Pendant trois ans les Jeunes seront mis en avant dans le diocèse de Lille.

 

Alors ?

Nous le voyons, nous ne partons pas de rien pour se faire plus proches des Jeunes dans notre Eglise, nos paroisses. Mais sommes-nous prêts à accueillir les Jeunes, à leur faire de la place, leur donner des missions (leur donner, par exemple, la possibilité d’animer une messe sans avoir les adultes qui chapeautent) ?

Comment mieux témoigner de notre foi auprès d’eux et les écouter parler de la leur?

Ce sont eux qui nous disent : Dieu est derrière nous, il nous aime, il veut notre bonheur.

 A lire aussi :

Une fois par mois, c’est la pizza du curé

Des messes préparées et animées par des jeunes

Un jeune de notre doyenné crée son entreprise

Venez comme vous êtes

Salam

JOC (Jeunesse Ouvrière Chrétienne)

ACE (Action Catholique des enfants)